endefritesgr
home HOME / MONNAIES EURO
basket(Il y a 0 produits dans le panier) total: 0,00 € delete check out FAQs

Monnaie Euro - Pieces Euro

Les pièces en euros  Monnaies en euros de collection commémoratives L'introduction de pièces en euros en janvier 2002 a généré une variété de modèles de pièces de monnaie. Les pays de la zone euro ont placé les pièces en euros en circulation avec des symboles nationaux distinctifs sur leur côté opposé. La diversité des côtés nationaux des pièces est renforcée par la délivrance de pièces commémoratives et de pièces de collection par les pays de la zone euro. Programme Numismatique 2016 Monnaies en euro commémoratives Monnaies de collection - Série spéciale Médailles Liste des pièces de monnaie commémoratives et collectives grecques en euros Monnaies en euros commémoratives Les pièces de monnaie commémoratives sont une autre catégorie de pièces émises officiellement par les pays de la zone euro. Chaque État membre dont la monnaie est l'euro ne peut émettre que deux pièces commémoratives par an. Exceptionnellement, ils sont autorisés à émettre un tiers, à condition qu'il soit émis conjointement par tous les pays de l'euro et qu'il commémore des événements d'importance européenne. Toutes les pièces commémoratives en euros sont destinées à la circulation. Les pièces commémoratives, qui ne peuvent être que de 2 pièces de monnaie en euros, ont cours légal dans toute la zone euro. Cela signifie qu'ils peuvent être utilisés - et doivent être acceptés - comme n'importe quelle autre pièce en euros. Ces pièces ont les mêmes caractéristiques et propriétés et le même côté commun que les pièces normales de 2 euros. Ce qui les rend différents, c'est leur motif commémoratif du côté national qui commémore un événement historique ou une personne. Les monnaies commémoratives émises conjointement par tous les pays de l'euro utilisent un dessin commun sur la face nationale, indiquant le nom du pays émetteur ainsi que l'événement commémoré dans la ou les langues respectives. La première pièce commémorative en euros a été publiée en 2004 par la Grèce à l'occasion des Jeux Olympiques d'Athènes. Quatre pièces commémoratives ont été émises conjointement par tous les pays de l'euro: en mars 2007, pour commémorer le 50e anniversaire du Traité de Rome, le design a été sélectionné à la suite d'un concours organisé par les monnaies nationales en janvier 2009 pour célébrer le 10 L'Union monétaire a été créée par M. Georgios Stamatopoulos, designer professionnel à la Banque de Grèce en janvier 2012 pour commémorer dix ans de billets et de pièces en euros, le design gagnant, sélectionné Par Helmut Andexlinger, designer professionnel à la Monnaie autrichienne et en juillet 2015, pour célébrer les trente ans du drapeau de l'UE, le design gagnant, choisi par le public via un vote en ligne, a été Créé par M. Georgios Stamatopoulos, designer professionnel à la Banque de Grèce. Pièces de collection en euros Les pièces de collection en euros sont officiellement émises par les pays de la zone euro, ont une valeur nominale (valeur nominale) et sont de cours légal, mais ne sont pas destinées à la circulation. La valeur nominale et les conceptions des pièces de collection sont toujours différentes de celles des pièces de circulation en euro. Alors que les pièces de monnaie en euros destinées à la circulation ont cours légal dans toute la zone euro, les pièces de collection en euro n'ont cours légal que dans leur pays d'émission. Ils sont rarement utilisés à des fins de paiement, parce que leur valeur de marché est généralement beaucoup plus élevé que leur valeur nominale et beaucoup d'entre eux sont fabriqués à partir de métaux précieux tels que l'or ou l'argent. Pour éviter de créer une confusion pour le public, les spécifications techniques des pièces de collection sont différentes de celles des pièces de circulation. Au moins deux des trois paramètres techniques, à savoir la couleur, le diamètre et le poids, doivent être différents de ceux des pièces en euros en circulation.   L’euro se subdivise en 100 cent(ime)s. La série des pièces en euros se compose de huit valeurs : 1 cent(ime), 2, 5, 10, 20 et 50 cent(ime)s, 1 euro et 2 euros. Chaque pièce a une face « européenne » et une face « nationale ». Les faces européennes montrent l’Union européenne avant son élargissement en mai 2004 ou une carte géographique de l’Europe. Le graphisme des faces nationales varie suivant les pays. Toutes les pièces en euros peuvent être utilisées partout dans la zone euro.

Les huit pièces en euros se distinguent entre elles par leur taille, leur poids, leur alliage, leur couleur et leur épaisseur. Deux pièces qui se suivent dans la série présentent des tranches différentes. Chaque pièce est facilement reconnaissable, même par les personnes malvoyantes. Les pièces sont produites par les Hôtels des Monnaies situés à travers l’Union européenne selon des spécifications techniques harmonisées. Un système élaboré de contrôle de la qualité garantit que les pièces en euros sont interchangeables dans l’ensemble de la zone euro et satisfont aux normes fixées pour leur utilisation dans les distributeurs automatiques. Fin 2007, quelque 74 milliards de pièces en euros, représentant une valeur totale de 19 milliards d’euros, étaient en circulation.

Les trois États indépendants que sont Monaco, Saint-Marin et la Cité du Vatican utilisent les billets et pièces en euros. Des accords spécifiques conclus avec la France et l’Italie, agissant toutes deux au nom de l’Union européenne, ont permis à ces pays de frapper et d’émettre leurs propres pièces en euros, qui satisfont aux spécifications communes.

Les pièces commémoratives

Une fois par an, chaque pays participant à la zone euro ainsi que Monaco, Saint-Marin et la Cité du Vatican peuvent émettre une pièce commémorative de 2 euros. Ces pièces possèdent les mêmes caractéristiques et la même face européenne que les pièces de 2 euros courantes. Leur face nationale est toutefois illustrée d’un graphisme commémoratif.

Les pièces commémoratives ont cours légal dans l’ensemble de la zone euro, ce qui signifie qu’elles peuvent être utilisées – et doivent être acceptées – comme n’importe quelle autre pièce en euros.

Les pièces de collection

Les pièces de collection ne sont pas destinées à la circulation. Elles n’ont cours légal que dans le pays émetteur. Elles se différencient des pièces courantes et des pièces commémoratives, qui peuvent être utilisées comme moyen de paiement, par leur motif et leur valeur faciale. Les caractéristiques des pièces de collection (couleur, diamètre ou poids) diffèrent sensiblement de celles des pièces en circulation. Leur prix de vente est égal ou supérieur à leur valeur faciale.

 

Pièces et billets en euros

L’introduction de l’euro, d’abord comme «monnaie scripturale» en 1999 et ensuite sous la forme de billets de banque et de pièces en 2002, est l’une des plus belles réussites de l’Union européenne. Les pièces et billets en euros font désormais partie intégrante de la vie des gens et sont une réalité commerciale.

La conception de l’euro a demandé des années de préparation et de planification afin de trouver un juste équilibre entre l’attrait esthétique, les dimensions pratiques et les critères de sécurité pour aboutir au lancement de huit pièces et sept billets en janvier 2002.

Les billets de banque arborent les mêmes motifs dans tous les pays de la zone euro. Les pièces ont un dessin commun sur une face et sur l’autre un motif propre à chaque pays.
 

La Banque centrale européenne (BCE) a le droit exclusif d’autoriser les banques centrales nationales de la zone euro à émettre des billets de banque en euros. Leur production et leur mise en circulation relèvent de la responsabilité des différentes banques centrales. Les pièces sont frappées par les États membres de la zone euro en quantités approuvées chaque année par la BCE et leur production est du ressort de l’hôtel des monnaies de chaque pays.
Inspiration grecque et latine
Comme toutes les monnaies, l’euro a un nom et un symbole:
Formes et dimensions

  • Le nom – l’euro – a été choisi par le Conseil européen réuni à Madrid en 1995, dans le cadre des préparatifs pour l’instauration de la monnaie unique.

  • Le symbole de l’euro – € – s’inspire de la lettre grecque epsilon (Є). Il représente aussi l’initiale du mot «Europe» dans l’alphabet latin, tandis que les deux lignes parallèles qui barrent le symbole évoquent la stabilité. La Commission européenne a organisé un concours interne avant d’adopter le symbole de l’euro. Quelque 30 dessins ont été examinés – dont dix ont été testés auprès du public – et le graphisme définitif a été choisi en 1995 parmi deux propositions présélectionnées par le Président de la Commission à l’époque, Jacques Santer, et le Commissaire Yves Thibault de Silguy.


Les dimensions différentes, les couleurs contrastées et les zones en relief des billets en euros aident les utilisateurs – y compris les malvoyants – à reconnaître leur valeur faciale. Les billets se déclinent en coupures de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros. Divers signes de sécurité sont présents sur les billets, notamment un filigrane, un fil de sécurité et un hologramme, pour prévenir la contrefaçon et faciliter l’identification d’un billet de banque authentique. 

Des caractéristiques techniques perfectionnées ont aussi été développées pour les pièces, de façon à rendre leur reproduction illégale extrêmement difficile, surtout pour les pièces de 1 et 2 euros. La taille, la couleur et l’épaisseur des pièces permettent de distinguer leurs huit valeurs faciales, qui sont de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cents, de 1 euro et de 2 euros.

L’euro 

L’euro est la monnaie unique (actuellement) partagée par 15 États membres de l’Union européenne, qui ensemble constituent la zone euro. L’introduction de l’euro en 1999 a marqué une étape décisive dans l’intégration européenne. Elle représente aussi l’un de ses succès majeurs: quelque 317 millions de citoyens de l’UE l’utilisent à présent et profitent de ses avantages, qui se diffuseront encore plus largement à mesure que d’autres pays européens adopteront l’euro.

Quand l’euro a été lancé en janvier 1999, il est devenu la nouvelle monnaie officielle de 11 États membres, remplaçant les anciennes devises nationales, comme le mark allemand et le franc français, en deux étapes. D’abord introduit comme une monnaie virtuelle pour les transactions scripturales et les opérations comptables, tandis que les anciennes monnaies continuaient à être utilisées pour les paiements en espèces et étaient considérées comme des «sous-unités» de l’euro, il est ensuite apparu sous la forme concrète de billets et de pièces le 1er janvier 2002.
 

L’euro n’est pas la monnaie de tous les États membres. Deux pays (le Danemark et le Royaume-Uni) ont obtenu une clause d’exemption dans le traité, qui les dispense de participer, tandis que les autres (la plupart des nouveaux États membres, ainsi que la Suède) doivent encore satisfaire aux critères pour adopter la monnaie unique. Lorsque les conditions seront remplies, ils remplaceront leur monnaie nationale par l’euro.

Adopter l’euro
L’Union européenne grandit à mesure que les pays candidats répondent aux conditions d’adhésion et rejoignent l’Union – ce processus porte le nom d’élargissement. De la même façon, la zone euro s’élargit à mesure que les États membres qui ne font pas partie de la zone euro remplissent les conditions pour y accéder et adoptent l’euro.

La zone euro inclut les États membres qui ont adopté la monnaie unique. Mais cette zone n’est pas statique: selon les termes du traité, tous les États membres de l’UE doivent rejoindre la zone euro lorsque les conditions nécessaires sont remplies, hormis le Danemark et le Royaume-Uni qui ont négocié une clause d’exemption les autorisant à demeurer en dehors de la zone euro. Les nouveaux États membres, qui ont rejoint l’Union en 2004 et 2007, sont censés entrer dans la zone euro dans les prochaines années, dès lors qu’ils remplissent les conditions nécessaires. Le processus a commencé le 1er janvier 2007, quand la Slovénie est devenue le premier État membre de l’élargissement de 2004 à adopter l’euro. Et le 10 juillet 2007, le Conseil a décidé que Chypre et Malte devraient adopter l’euro au 1er janvier 2008. La Suède devrait aussi rejoindre la zone euro dans un proche avenir, mais elle ne remplit pas encore toutes les conditions.

Élargissement progressif, intégration progressive

Un pays qui souhaite rejoindre l’Union doit aligner de nombreux aspects de son organisation sociale, économique et politique sur la situation qui prévaut dans les États membres de l’UE. Pour l’essentiel, cet alignement nécessaire vise à garantir la capacité du pays candidat à prendre une part effective sur le marché unique de l’Union pour les marchandises, les services, les capitaux et la main-d’œuvre. L’adhésion est un processus d’intégration.


 

L’adoption de l’euro et l’entrée dans la zone euro marquent un pas supplémentaire dans cette direction: c’est une intégration économique beaucoup plus forte avec les autres États membres de la zone euro. L’adoption de l’euro doit aussi être longuement préparée; elle exige notamment une convergence économique et juridique.

Préparatifs

Avant qu’un État membre puisse adopter l’euro, il doit satisfaire à certains critères économiques et juridiques. Les «critères de convergence économique» sont destinés à garantir qu’un État membre est suffisamment préparé pour l’adoption de la monnaie unique et peut s’intégrer sans heurts au régime monétaire de la zone euro. La convergence juridique implique que le droit national soit compatible avec le traité, en particulier sur les points relatifs à la banque centrale nationale et à la monnaie.
 

Le remplacement d’une monnaie nationale par l’euro est une opération de grande ampleur qui demande beaucoup de préparatifs pratiques, par exemple pour assurer un retrait rapide de la monnaie nationale, garantir la conversion et l’affichage corrects des prix des marchandises et veiller à ce que les citoyens soient bien informés. Tous ces préparatifs dépendent du «scénario de basculement» adopté par un pays candidat à l’entrée dans la zone euro. Une expérience précieuse a pu être acquise lorsque l’euro a été lancé pour la première fois, et les candidats à la zone euro en bénéficient aujourd’hui. La Commission européenne, en particulier, s’emploie activement à aider et à conseiller les pays candidats.

Monnaie Euro - Pieces Euro

Les pièces en euros  Monnaies en euros de collection commémoratives L'introduction de pièces en euros en janvier 2002 a généré une variété de modèles de pièces de monnaie. Les pays de la zone euro ont placé les pièces en euros en circulation avec des symboles nationaux distinctifs sur leur côté opposé. La diversité des côtés nationaux des pièces est renforcée par la délivrance de pièces commémoratives et de pièces de collection par les pays de la zone euro. Programme Numismatique 2016 Monnaies en euro commémoratives Monnaies de collection - Série spéciale Médailles Liste des pièces de monnaie commémoratives et collectives grecques en euros Monnaies en euros commémoratives Les pièces de monnaie commémoratives sont une autre catégorie de pièces émises officiellement par les pays de la zone euro. Chaque État membre dont la monnaie est l'euro ne peut émettre que deux pièces commémoratives par an. Exceptionnellement, ils sont autorisés à émettre un tiers, à condition qu'il soit émis conjointement par tous les pays de l'euro et qu'il commémore des événements d'importance européenne. Toutes les pièces commémoratives en euros sont destinées à la circulation. Les pièces commémoratives, qui ne peuvent être que de 2 pièces de monnaie en euros, ont cours légal dans toute la zone euro. Cela signifie qu'ils peuvent être utilisés - et doivent être acceptés - comme n'importe quelle autre pièce en euros. Ces pièces ont les mêmes caractéristiques et propriétés et le même côté commun que les pièces normales de 2 euros. Ce qui les rend différents, c'est leur motif commémoratif du côté national qui commémore un événement historique ou une personne. Les monnaies commémoratives émises conjointement par tous les pays de l'euro utilisent un dessin commun sur la face nationale, indiquant le nom du pays émetteur ainsi que l'événement commémoré dans la ou les langues respectives. La première pièce commémorative en euros a été publiée en 2004 par la Grèce à l'occasion des Jeux Olympiques d'Athènes. Quatre pièces commémoratives ont été émises conjointement par tous les pays de l'euro: en mars 2007, pour commémorer le 50e anniversaire du Traité de Rome, le design a été sélectionné à la suite d'un concours organisé par les monnaies nationales en janvier 2009 pour célébrer le 10 L'Union monétaire a été créée par M. Georgios Stamatopoulos, designer professionnel à la Banque de Grèce en janvier 2012 pour commémorer dix ans de billets et de pièces en euros, le design gagnant, sélectionné Par Helmut Andexlinger, designer professionnel à la Monnaie autrichienne et en juillet 2015, pour célébrer les trente ans du drapeau de l'UE, le design gagnant, choisi par le public via un vote en ligne, a été Créé par M. Georgios Stamatopoulos, designer professionnel à la Banque de Grèce. Pièces de collection en euros Les pièces de collection en euros sont officiellement émises par les pays de la zone euro, ont une valeur nominale (valeur nominale) et sont de cours légal, mais ne sont pas destinées à la circulation. La valeur nominale et les conceptions des pièces de collection sont toujours différentes de celles des pièces de circulation en euro. Alors que les pièces de monnaie en euros destinées à la circulation ont cours légal dans toute la zone euro, les pièces de collection en euro n'ont cours légal que dans leur pays d'émission. Ils sont rarement utilisés à des fins de paiement, parce que leur valeur de marché est généralement beaucoup plus élevé que leur valeur nominale et beaucoup d'entre eux sont fabriqués à partir de métaux précieux tels que l'or ou l'argent. Pour éviter de créer une confusion pour le public, les spécifications techniques des pièces de collection sont différentes de celles des pièces de circulation. Au moins deux des trois paramètres techniques, à savoir la couleur, le diamètre et le poids, doivent être différents de ceux des pièces en euros en circulation.   L’euro se subdivise en 100 cent(ime)s. La série des pièces en euros se compose de huit valeurs : 1 cent(ime), 2, 5, 10, 20 et 50 cent(ime)s, 1 euro et 2 euros. Chaque pièce a une face « européenne » et une face « nationale ». Les faces européennes montrent l’Union européenne avant son élargissement en mai 2004 ou une carte géographique de l’Europe. Le graphisme des faces nationales varie suivant les pays. Toutes les pièces en euros peuvent être utilisées partout dans la zone euro.

Les huit pièces en euros se distinguent entre elles par leur taille, leur poids, leur alliage, leur couleur et leur épaisseur. Deux pièces qui se suivent dans la série présentent des tranches différentes. Chaque pièce est facilement reconnaissable, même par les personnes malvoyantes. Les pièces sont produites par les Hôtels des Monnaies situés à travers l’Union européenne selon des spécifications techniques harmonisées. Un système élaboré de contrôle de la qualité garantit que les pièces en euros sont interchangeables dans l’ensemble de la zone euro et satisfont aux normes fixées pour leur utilisation dans les distributeurs automatiques. Fin 2007, quelque 74 milliards de pièces en euros, représentant une valeur totale de 19 milliards d’euros, étaient en circulation.

Les trois États indépendants que sont Monaco, Saint-Marin et la Cité du Vatican utilisent les billets et pièces en euros. Des accords spécifiques conclus avec la France et l’Italie, agissant toutes deux au nom de l’Union européenne, ont permis à ces pays de frapper et d’émettre leurs propres pièces en euros, qui satisfont aux spécifications communes.

Les pièces commémoratives

Une fois par an, chaque pays participant à la zone euro ainsi que Monaco, Saint-Marin et la Cité du Vatican peuvent émettre une pièce commémorative de 2 euros. Ces pièces possèdent les mêmes caractéristiques et la même face européenne que les pièces de 2 euros courantes. Leur face nationale est toutefois illustrée d’un graphisme commémoratif.

Les pièces commémoratives ont cours légal dans l’ensemble de la zone euro, ce qui signifie qu’elles peuvent être utilisées – et doivent être acceptées – comme n’importe quelle autre pièce en euros.

Les pièces de collection

Les pièces de collection ne sont pas destinées à la circulation. Elles n’ont cours légal que dans le pays émetteur. Elles se différencient des pièces courantes et des pièces commémoratives, qui peuvent être utilisées comme moyen de paiement, par leur motif et leur valeur faciale. Les caractéristiques des pièces de collection (couleur, diamètre ou poids) diffèrent sensiblement de celles des pièces en circulation. Leur prix de vente est égal ou supérieur à leur valeur faciale.

 

Pièces et billets en euros

L’introduction de l’euro, d’abord comme «monnaie scripturale» en 1999 et ensuite sous la forme de billets de banque et de pièces en 2002, est l’une des plus belles réussites de l’Union européenne. Les pièces et billets en euros font désormais partie intégrante de la vie des gens et sont une réalité commerciale.

La conception de l’euro a demandé des années de préparation et de planification afin de trouver un juste équilibre entre l’attrait esthétique, les dimensions pratiques et les critères de sécurité pour aboutir au lancement de huit pièces et sept billets en janvier 2002.

Les billets de banque arborent les mêmes motifs dans tous les pays de la zone euro. Les pièces ont un dessin commun sur une face et sur l’autre un motif propre à chaque pays.
 

La Banque centrale européenne (BCE) a le droit exclusif d’autoriser les banques centrales nationales de la zone euro à émettre des billets de banque en euros. Leur production et leur mise en circulation relèvent de la responsabilité des différentes banques centrales. Les pièces sont frappées par les États membres de la zone euro en quantités approuvées chaque année par la BCE et leur production est du ressort de l’hôtel des monnaies de chaque pays.
Inspiration grecque et latine
Comme toutes les monnaies, l’euro a un nom et un symbole:
Formes et dimensions

  • Le nom – l’euro – a été choisi par le Conseil européen réuni à Madrid en 1995, dans le cadre des préparatifs pour l’instauration de la monnaie unique.

  • Le symbole de l’euro – € – s’inspire de la lettre grecque epsilon (Є). Il représente aussi l’initiale du mot «Europe» dans l’alphabet latin, tandis que les deux lignes parallèles qui barrent le symbole évoquent la stabilité. La Commission européenne a organisé un concours interne avant d’adopter le symbole de l’euro. Quelque 30 dessins ont été examinés – dont dix ont été testés auprès du public – et le graphisme définitif a été choisi en 1995 parmi deux propositions présélectionnées par le Président de la Commission à l’époque, Jacques Santer, et le Commissaire Yves Thibault de Silguy.


Les dimensions différentes, les couleurs contrastées et les zones en relief des billets en euros aident les utilisateurs – y compris les malvoyants – à reconnaître leur valeur faciale. Les billets se déclinent en coupures de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euros. Divers signes de sécurité sont présents sur les billets, notamment un filigrane, un fil de sécurité et un hologramme, pour prévenir la contrefaçon et faciliter l’identification d’un billet de banque authentique. 

Des caractéristiques techniques perfectionnées ont aussi été développées pour les pièces, de façon à rendre leur reproduction illégale extrêmement difficile, surtout pour les pièces de 1 et 2 euros. La taille, la couleur et l’épaisseur des pièces permettent de distinguer leurs huit valeurs faciales, qui sont de 1, 2, 5, 10, 20 et 50 cents, de 1 euro et de 2 euros.

L’euro 

L’euro est la monnaie unique (actuellement) partagée par 15 États membres de l’Union européenne, qui ensemble constituent la zone euro. L’introduction de l’euro en 1999 a marqué une étape décisive dans l’intégration européenne. Elle représente aussi l’un de ses succès majeurs: quelque 317 millions de citoyens de l’UE l’utilisent à présent et profitent de ses avantages, qui se diffuseront encore plus largement à mesure que d’autres pays européens adopteront l’euro.

Quand l’euro a été lancé en janvier 1999, il est devenu la nouvelle monnaie officielle de 11 États membres, remplaçant les anciennes devises nationales, comme le mark allemand et le franc français, en deux étapes. D’abord introduit comme une monnaie virtuelle pour les transactions scripturales et les opérations comptables, tandis que les anciennes monnaies continuaient à être utilisées pour les paiements en espèces et étaient considérées comme des «sous-unités» de l’euro, il est ensuite apparu sous la forme concrète de billets et de pièces le 1er janvier 2002.
 

L’euro n’est pas la monnaie de tous les États membres. Deux pays (le Danemark et le Royaume-Uni) ont obtenu une clause d’exemption dans le traité, qui les dispense de participer, tandis que les autres (la plupart des nouveaux États membres, ainsi que la Suède) doivent encore satisfaire aux critères pour adopter la monnaie unique. Lorsque les conditions seront remplies, ils remplaceront leur monnaie nationale par l’euro.

Adopter l’euro
L’Union européenne grandit à mesure que les pays candidats répondent aux conditions d’adhésion et rejoignent l’Union – ce processus porte le nom d’élargissement. De la même façon, la zone euro s’élargit à mesure que les États membres qui ne font pas partie de la zone euro remplissent les conditions pour y accéder et adoptent l’euro.

La zone euro inclut les États membres qui ont adopté la monnaie unique. Mais cette zone n’est pas statique: selon les termes du traité, tous les États membres de l’UE doivent rejoindre la zone euro lorsque les conditions nécessaires sont remplies, hormis le Danemark et le Royaume-Uni qui ont négocié une clause d’exemption les autorisant à demeurer en dehors de la zone euro. Les nouveaux États membres, qui ont rejoint l’Union en 2004 et 2007, sont censés entrer dans la zone euro dans les prochaines années, dès lors qu’ils remplissent les conditions nécessaires. Le processus a commencé le 1er janvier 2007, quand la Slovénie est devenue le premier État membre de l’élargissement de 2004 à adopter l’euro. Et le 10 juillet 2007, le Conseil a décidé que Chypre et Malte devraient adopter l’euro au 1er janvier 2008. La Suède devrait aussi rejoindre la zone euro dans un proche avenir, mais elle ne remplit pas encore toutes les conditions.

Élargissement progressif, intégration progressive

Un pays qui souhaite rejoindre l’Union doit aligner de nombreux aspects de son organisation sociale, économique et politique sur la situation qui prévaut dans les États membres de l’UE. Pour l’essentiel, cet alignement nécessaire vise à garantir la capacité du pays candidat à prendre une part effective sur le marché unique de l’Union pour les marchandises, les services, les capitaux et la main-d’œuvre. L’adhésion est un processus d’intégration.


 

L’adoption de l’euro et l’entrée dans la zone euro marquent un pas supplémentaire dans cette direction: c’est une intégration économique beaucoup plus forte avec les autres États membres de la zone euro. L’adoption de l’euro doit aussi être longuement préparée; elle exige notamment une convergence économique et juridique.

Préparatifs

Avant qu’un État membre puisse adopter l’euro, il doit satisfaire à certains critères économiques et juridiques. Les «critères de convergence économique» sont destinés à garantir qu’un État membre est suffisamment préparé pour l’adoption de la monnaie unique et peut s’intégrer sans heurts au régime monétaire de la zone euro. La convergence juridique implique que le droit national soit compatible avec le traité, en particulier sur les points relatifs à la banque centrale nationale et à la monnaie.
 

Le remplacement d’une monnaie nationale par l’euro est une opération de grande ampleur qui demande beaucoup de préparatifs pratiques, par exemple pour assurer un retrait rapide de la monnaie nationale, garantir la conversion et l’affichage corrects des prix des marchandises et veiller à ce que les citoyens soient bien informés. Tous ces préparatifs dépendent du «scénario de basculement» adopté par un pays candidat à l’entrée dans la zone euro. Une expérience précieuse a pu être acquise lorsque l’euro a été lancé pour la première fois, et les candidats à la zone euro en bénéficient aujourd’hui. La Commission européenne, en particulier, s’emploie activement à aider et à conseiller les pays candidats.

MONNAIES EURO

Lituanie - 2 Euro, Culture baltique, 2016

Lituanie Pièce 2 euro commemorative 2016 : "Culture baltique"

Prix: 3,50 €
Lituanie - 2 Euro, Langue Lituanienne, 2015

Lituanie Pièce 2 euro commemorative 2015 : "Langue Lituanienne" .

Prix: 3,50 €
Lituanie - 2 Euro, les armoiries de la République, 2015

Les pièces en euros de la Lituanie montrent les armoiries de la République de Lituanie, Vytis, le nom du pays émetteur "LIETUVA" et l’année d’émission "2015"

Prix: 3,50 €